samedi 8 décembre 2012

La seconde vie du Ruau et des siens.

MONCEAU-SUR-SAMBRE UN AN APRÈS LA FERMETURE

La seconde vie du Ruau et des siens.

Danilo Turla, l’ex-soudeur,  deviendra bientôt formateur.


Au fil des mois, l’ancien soudeur s’emploie à transformer une catastrophe sociale en une opportunité.
À 51 ans, il a relevé le défi. “ J’aurais pu me morfondre, attendre que le temps passe. Mais j’ai décidé de prendre mon destin en main. 
La chance ne vous arrive pas servie sur un plateau d’argent. Elle se provoque... ”
Durant 30ans, Danilo Turla a manié le fer avec dextérité aux laminoirs du Ruau.

Spécialisée dans la fabrication de poutrelles, cornières et autres profilés destinés à la construction, l’usine employait encore une bonne centaine d'ouvriers quand le groupe italien Beltrame a décidé, en novembre 2011, de baisser le rideau. Mais, à la belle époque, le Ruau a occupé jusqu’à 1000 personnes.
C’était le temps où l’on y croyait dur comme...fer.

Depuis, les temps s’étaient faits moins glorieux. Et, le soudeur, qui coiffait depuis une dizaine d’années la casquette syndicale (CSC), avait aussi appris à croiser le fer avec la direction. Il s’était battu sans ménagement dans le cadre de la procédure Renault qui a scellé définitivement le sort du Ruau.

Sitôt ce combat éprouvant terminé, Danilo Turla s’est empressé de rebondir.
“ J’ai tout de suite décidé de mettre toutes les chances de mon côté pour me maintenir sur le marché de l’emploi ”.
Le soudeur est donc retourné sur les bancs de l’école, aux Aumôniers du Travail, pour décrocher son certificat d’aptitudes pédagogiques. Au terme d’une formation de quatre mois, il devrait bientôt décrocher le précieux sésame qui l’autorisera à donner des cours de pratique professionnelle.
En l’occurrence, il sera habilité à dispenser une technique de soudure de pointe.
Une fois diplômé, Danilo Turla espère décrocher un emploi de formateur au Forem ou dans un centre de compétence comme Technofutur.
“ Ce n’est pas facile tous les jours ”... mais l’élève Turla s’applique. Si rien ne vient contrarier ses plans, il aura retrouvé une place sur le marché de l’emploi au printemps prochain.Ce serait la fin heureuse d’un épisode social douloureux.

UNE AUTRE VIE
Comme Danilo Turla, d’autres travailleurs du Ruau se sont cherché une nouvelle vocation.
Certains l’ont trouvée, d’autres se cherchent encore. “ Globalement,la cellule de reconversion a permis à de nombreux travailleurs de se frayer une nouvelle place sur le marché de l’emploi, même si c’est souvent au prix de sacrifices salariaux ”.
L’usine, elle, sera bientôt entièrement démantibulée.
Une dizaine de travailleurs achèvent de démonter les outils. Ils retrouveront une nouvelle vie dans les usines françaises ou italiennes du groupe Beltrame.

Rien ne se perd, rien ne se crée. Tout se transforme... «

M-G.D.

NB: Pour ceux qui me poseraient encore la question, Danillo est bien mon frère. Derry.

On la boucle

Exposition du collectif "Les Têtes de l'Art" à La Ruine de Marchienne-au-Pont ...